Mort tragique d’un adolescent à Niono : EN VOULANT RÉCUPÉRER SA MOTO VOLÉE, UN JEUNE SE FAIT TUER

Les faits rocambolesques en question se sont déroulés dans l’après-midi du jeudi 8 février 2023 aux environs de 16 heures à Niono. Dans cette localité, située à une centaine de kilomètres du chef-lieu de région de Ségou dont elle relève, un adolescent du nom de Modibo Sissoko, âgé de 18 ans, domicilié au quartier A perd tragiquement la vie en voulant récupérer sa moto au commissariat de police.
Né de Niakalé Camara et de Amadou, domicilié au quartier A de Niono, Modibo Cissoko, à l’instar de ses camarades d’enfance aspirait à une vie prometteuse pour le bonheur de ses parents si ce jour fatidique le sort n’en avait pas décidé autrement.
D’après des témoins, la victime aurait prêté sa moto à un ami lequel serait impliqué dans un vol de téléphone portable. Dans sa tentative de fuir l’engin est brusquement tombé en panne et l’intéressé s’en débarrassa pour sauver sa tête. C’est ainsi que la moto se serait retrouvée à la disposition de la police comme cela est de mise.
Ayant reçu écho du fait que son engin serait aux mains des agents, le jeune homme s’est fait accompagner par son ami Daouda Coulibaly pour aller à la recherche de sa monture. C’est ainsi qu’ils se seraient rendus à la police pour s’enquérir des faits.
Au cours des échanges avec les agents sur place, la victime Modibo certainement sous le coup de la panique et dans l’espoir d’échapper à une interpellation, aurait pris la tangente en direction du canal d’irrigation laissant son ami derrière lui. Lequel aurait été retenu pour des besoins d’enquêtes. Dans cette fuite, des témoignages attestent l’avoir aperçu traverser le canal avant de prendre des balles de ceux qui l’avaient pris en chasse.
Le triste constat établi sur les lieux est la mort tragique de Modibo sous les balles, de qui ? S’interroge encore une certaine opinion.
A bon droit, il revenait au procureur de se saisir de ce dossier pour édifier les populations et apaiser les cœurs sous choc dans un Niono se remettant à peine d’un incident aux allures dramatiques qui remontent au mois de septembre 2019.
Les enquêtes étant en cours, nous espérons y revenir dans nos prochaines publications.
L’enterrement de la victime a eu lieu le lendemain du drame, soit le vendredi 9 février 2023 par ses parents et ses amis inconsolables. A ses parents, toute l’équipe de rédaction de l’Inspecteur présente ses condoléances les plus attristées et prie pour le repos éternel de son âme.
NOUHOUM KONARÉ

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
27 − 11 =


RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter