OIF : La Francophonie en guerre contre les violences électorales

Dans un communiqué, Mme Louise Mushikiwabo place le curseur sur « le discours de haine » comme un des éléments déterminant à l’origine de tensions lors d’un processus électoral.

A cet effet, précise le communiqué, la Secrétaire générale de la Francophonie, Madame Louise Mushikiwabo, appelle à la vigilance face aux discours de haine, en particulier dans les contextes des processus électoraux en cours dans les États et gouvernements membres de la Francophonie.

De même, elle incite l’ensemble des acteurs à faire preuve, en toutes circonstances, de tolérance et de retenue.

Elle encourage l’ensemble des parties prenantes aux processus électoraux à lutter contre ces appels à la haine et à la violence. Toutes choses contraires aux valeurs de la Francophonie, par des moyens démocratiques et respectueux des droits de l’Homme et des libertés fondamentales.

Aussi, la Secrétaire générale de la Francophonie, Madame Louise Mushikiwabo, rappelle l’esprit des Déclarations de Bamako et de Saint-Boniface. Ces textes, faut-il le rappeler, sont des références de la Francophonie en matière de promotion de la démocratie, des droits et libertés ainsi qu’en faveur de la prévention des crises.

La Secrétaire générale rappelle l’importance de la responsabilité de tous, et notamment des acteurs politiques, à contribuer à une vie politique apaisée en s’abstenant de toute incitation à la haine et à la violence pour quelque motif que ce soit.

Rappelons que l’OIF est engagée auprès des institutions, des acteurs politiques, de la société civile et du secteur des médias, pour assurer une coexistence fondée sur la tolérance et le respect des droits de l’Homme.

Plusieurs guides de bonnes pratiques ont été élaborés à cet effet.

Notre rédaction (Source OIF)

 

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
15 × 9 =


RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter