Faits divers : A Sébénicoro, une bagarre inter famille fait une victime de 70 ans

La raison de ce drame est aussi simple que bête : parce qu’un des protagonistes a simplement versé de l’eau usée devant la porte du voisin ! Et patatras !

La bagarre a en effet éclaté entre les familles Traoré et Coulibaly  dans le quartier de SEBENICORO suite à cet incident, dans la soirée du mardi 2 mars 2022 vers 22 heures.  Elle s’est soldée par la mort d’un chef de famille de 70 ans.

C’est une bataille rangée qui a opposé ces deux familles  voisines. Et en vue de mettre fin aux disputes devenues quasi quotidiennes (ce n’était pas une première), l’un des chefs de famille a lancé un ultimatum à l’autre de ne plus jamais voir d’eaux usées à sa porte.

La famille adverse a-t-elle assimilée cet ultimatum à une défiance ? Cela a tout l’air ! Se conformer à une telle mise en garde équivaudrait donc à un aveu d’impuissance, de faiblesse et de capitulation.  La fierté ancestrale  fit le reste !

Défiant la mise en garde, les membres de la famille en question versèrent leurs eaux usées à l’endroit indiqué, advienne que pourra ! Eclata alors la bataille !

On déplore la mort du patriarche de 70 ans de l’une des familles et quelques blessés légers de part et d’autre.

Alerté par les voisins, le commissaire Divisionnaire SANTIGUI KAMISSOKO envoya une équipe de sa Brigade de Recherche (BR), renforcée par  des éléments des Renseignement Généraux (RG) avec pour missions d’interpeller les protagonistes et recueillir le maximum de renseignements sur la situation.

Il ressort des informations recueillies sur le terrain que le patriarche a reçu plusieurs coups de couteau et de poings  lors de la bagarre généralisée.  Des coups portés par deux jeunes de la famille adverse qui ne lui ont laissé la moindre chance. Transporté à l’hôpital Gabriel TOURÉ, le malheureux a succombé à ses blessures.

Les éléments de la police  du 9ème arrondissement ont interpellé deux bagarreurs de chaque famille pour des explications au commissariat. La famille du regretté Patriarche a porté plainte pour coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort de leur Père.

Fort de ce compte-rendu, le commissaire SANTIGUI plaça deux jeunes en garde à vue. Le lendemain 3 mars 2022, ils ont été présentés au Procureur de la commune IV lequel les plaça sous mandat de dépôt avant le jugement.

Cette décision du parquet à été salutaire car l’autre famille s’apprêtait à venger la mort de son patriarche par tous les moyens. La décision a donc fait baisser la tension.

Aussi, le procureur de la commune IV a demandé une autopsie pour connaitre les circonstances exactes du décès.

La police du 9ème arrondissement de Bamako  pour sa part, a su gérer avec professionnalisme tout en donnant des conseils aux deux familles. Entendront-elles raison ? Nous l’espérons vivement car après tout, c’est aussi cela Mali !

Bamananden

JOURNAL KOJUGU KELEBAA

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
11 + 23 =


RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter