Femme et Science : Koro, docteure en Biochimie des substances naturelles

Elle s’appelle Korotoumou Traoré. Elle, c’est une valeur de plus qui s’ajoute au monde très fermé des femmes scientifiques du Mali. Cette native de Sofara, vient de décrocher son doctorat en Sciences appliquées ; spécialités : Biochimie des substances naturelles.

Pour décrocher ce très précieux sésame, la scientifique, affectueusement appelée Koro, a travaillé sur le thème : « Étude phytochimique des activités biologiques de quatre plantes utilisées dans la prise en charge du paludisme chez les enfants au Mali ».

Elle a soutenu le samedi 17 août 2019, sous les regards très avisés du professeur Rokia Sanogo et du Docteur Sergio Gianni. Ces deux éminences sont à compter parmi les personnes qui ont fait de Koro ce qu’elle est aujourd’hui.

Retour sur le parcours de cette brave dame, dans une interview qu’elle a accordée à Delta news en 2015.

L’interview !

Au milieu Koro pose avec son diplôme; Rokia Sanogo à côté
– Photo AIDMET –

Qui êtes vous madame ?

Je me nomme madame Koné Korotoumou Traoré, née à Bamako, fille de Boureïra et de Kadiatou Sanogo. Je suis de Sofara, mariée mère de 4 enfants. J’ai été élevée par mes grands-parents, et n’ai donc pas connu de difficultés durant mon enfance. J’ai fait mes études primaires et secondaires à Koutiala. Après le DEF, j’ai été orientée au Lycée des Jeunes Filles. Après le Lycée j’ai effectué mes études supérieures à la faculté des Sciences Techniques  et de la Technologie de Bamako où je me suis spécialisée en chimie appliquée. Dans la même université j’ai aussi décroché mon Diplôme d’Etudes Approfondies (DEA) en biochimie des substances naturelles.

Quelles sont vos expériences professionnelles ?

De Janvier 2002 à Décembre 2003, j’étais Professeur de physique et chimie au Lycée Alfred Garçon Bamako. De décembre 2001 à janvier 2001, je me suis lancée dans  la fabrication et commercialisation des savons naturels. D’avril 2002 à novembre 2003, j’ai été stagiaire au laboratoire du PDRM/DNGM (Programmes pour le développement des Ressources Minérales) (Direction Nationale de la Géologie et des Mines). J’ai été en 2003 Professeur de physique et chimie au Lycée Fyli Dabo Sissoko Bamako. En Mai 2004 à septembre 2004, j’ai été Assistante analyste au laboratoire de la Semos YATELA SA (Sadiola, Région de Kayes). D’octobre 2004 à novembre 2006,  Professeur de physique et chimie au CESPI (KorofinaRasel, Bamako). De Juillet à Septembre2009, stagiaire au Département de Médecine Traditionnelle de l’INRSP. J’effectuais des Enquêtes ethnobotaniques de la phytochimie et des activités biologiques des plantes médicinales utilisées dans la prise en charge des maladies infantiles. De septembre 2010 à décembre 2012, j’ai effectué un  stage auprès de l’ONG AIDEMET – Projet Femmes et Plantes : Appui des femmes herboristes de Bamako et de Ségou. Je formais des herboristes aux bonnes pratiques de collecte, séchage, transformation et conditionnement, ainsi que aux principes de gestion d’une micro-entreprise et des microcrédits autogérés. De Janvier 2012 à février 2014, j’ai aussi effectué un stage  auprès de la même  ONG, pour un projet dénommé ‘’Projet WATA’’ : promotion de la production communautaire de chlore par électrolyse pour le traitement de l’eau à domicile. J’ai effectuée la formation des bénéficiaires à la production locale de chlore et à son utilisation pour le TED. En Janvier 2014 j’étais le responsable du ‘’Projet Femmes et Plantes 2014 – Aidemet Ong : Appui des femmes herboristes de Bamako et de Ségou. Formation a la production de savon à froid. En Février 2014, Assistante de recherche à Aidemet ONG – Projet HURAPRIM : accoucheuses traditionnelles et la promotion de la mortalité maternelle et infantile à faible risque. Je effectuée la formation des accoucheuses traditionnelles sur l’accouchement propre et les accouchements à risque.

Avez-vous participez à des rencontres scientifiques ?

Les 7, 8 et 9 Août 2008, j’ai participé  à l’atelier de renforcement des capacités de leadership des jeunes à Bamako. Du 1er au 4 Août 2010, j’étais à Ouagadougou au Burkina-Faso pour la 4ème rencontre scientifique de WANNPRES.
En Février 2013, j’ai fait la démonstration de la production locale de chlore avec le dispositif  WATA à l’Unicef, Bamako – Cluster WASH. En Août 2013 j’ai formé des formateurs à la production locale de chlore avec le dispositif  WATA  à Bamako – Solidarités International. J’ai en novembre 2013 fait de la démonstration de production locale de chlore avec le dispositif WATA  à Ségou, à l’occasion de la Journée Mondiale du Lavage des Main au Savon. En Décembre 2013, j’ai formé des producteurs locaux de chlore avec le dispositif WATA à Macina (Ségou) –Terre des Hommes. En Mars 2014, j’ai formé des formateurs à la production locale de chlore avec le dispositif  WATA à Bamako – Handicap International.

Avez-vous fait des publications ?

Je suis co-autrice du livret ‘’Femmes et Plantes’’. Autonomisation économique et empowerment des femmes par la valorisation des savoirs locaux sur les plantes : le cas du District de Bamako et de la région de Ségou. Edition Edimco, Bamako, Mali, juillet 2012, pages 40 ; ISBN : 99952-59-09-1. Co-autrice également du livret ‘’Production communautaire de chlore par électrolyse  dans les régions de Kayes, Mopti et Ségou au Mali ‘’. Edition Edimco, Bamako, Mali, avril 2014, pages 40 ; ISBN : 99952-59-33-8.

Quelles sont vos futures visions ?

Je suis en train de préparer ma thèse ‘’biochimie des substances naturelles’’. Je compte réussir à ce test grâce à l’appui de mon professeur Rokia Sanogo, qui m’a fait venir à l’ONG Aidement, mais aussi celui Serges Giani qui est le chargé de programme à l’ONG Aidement. Après avoir reçue cette thèse, je compte enseigner dans les Universités du Mali voir de la sous-région. Mon objectif est d’atteindre un jour sinon de dépasser mon professeur Rokia Sanogo, connue pour son courage en matière de recherche. Je continuerai toujours dans la voix de la recherche.

Vos derniers mots ?

Je remercie votre journal d’avoir pensé à ma modeste personne. J’ai compris à travers cet entretien qu’il y’a au Mali des journaux qui pensent à promouvoir les recherches. Je vous exhorte à continuer dans ce sens. Je profite pour saluer Rokia Sanogo et mon chargé de programme Serges Giani pour sa disponibilité et son courage, sans oublier mon mari qui a accepté à ce que je fasse mes recherches. Comme vous le savez concilier la vie conjugale ou familiale avec celle professionnelle n’est pas du tout facile. Je suis parvenu moi à le faire grâce au sens de compréhension très élevé de mon époux, et je le remercie pour cela.

Rédaction

 

 

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
24 + 21 =


RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter