Il faut le dire… Négociation de paix au Mali : Faut-il craindre un carambolage au centre ?

Prof Dioncounda Traore, Haut représentant du Chef de l’Etat au centre

 Dès l’entame de son premier quinquennat, le président IBK a créé le département de la Réconciliation nationale et du Développement des régions du Nord dans l’ossature du gouvernement Oumar Tatam LY du 05 septembre 2013.

Et, depuis, malgré les innombrables remaniements ministériels, il n’a jamais disparu de la structure gouvernementale. Il a subi plusieurs mues dans sa dénomination, dont la dernière en date est : Ministère de la Cohésion sociale, de la Paix et de la Réconciliation nationale.

Sa création peut être considérée comme une première initiative de la manifestation de la volonté du président IBK, de résoudre la crise qui, en 2012 était confinée dans les régions du nord et qui s’est par la suite, métastasée dans les régions du Centre. Dès lors, on a assisté et on continue à assister à la prise d’une multitude d’initiatives pour dit-on, ramener la paix dans ces zones meurtries du Centre.

Me Assane Barry, un négociateur entré en contact avec Amadou Kouffa

En 2015, le collectif des députés élus dans ces régions avait, on s’en souvient entrepris des démarches dans ce sens. Mais avec l’accentuation de l’insécurité, ce collectif a mis sa démarche en hibernation, et pour cause : nos honorables députés ne peuvent même plus se rendre auprès de leurs électeurs !

Une autre initiative est celle de la Coordination des Associations des Ressortissants des Cercles de la Région de Mopti résidant à Bamako(CAREMB). Une quatrième initiative est celle prise par les associations Ir Ganda de l’ancien premier ministre Ousmane Issoufi Maïga et les associations Ginna Dogon et Tabital Pulaaku.

Les, 5ème et 6ème   initiatives sont venues de la présidence de la république avec la nomination de l’Ambassadeur Boubacar Gaoussou Diarra à la tête du ″Cadre politique de gestion de la crise au Centre″ qui a été mis en place le 24 mai 2019, et du Haut Représentant du chef de l’État pour le Centre en la personne de l’ancien président Dioncounda Traoré le 20 juin 2019. Une autre initiative est aussi venue du  Président de la Chambre des Mines du Mali, Abdoulaye Pona à travers sa Plateforme pour la Paix au Centre du Mali (PPCM).

Enfin, avec le premier ministre, Docteur Boubou Cissé, une nouvelle approche de la résolution de la crise du Centre a vu le jour : l’implication de personnalités et des associations de développement des différents cercles de la région.

Et si on comptabilisait les initiatives de différentes ONG, et la récente activité du Haut Conseil Islamique du Mali (HCIM) à Mopti, on se retrouverait à plus d’une vingtaine d’initiatives et, pour quels résultats ? Comme quoi, la seule expression de la volonté ne suffit pas. Il faudrait de la méthode pour réussir.

Finalement, on se perd dans ce panier à crabes que constitue l’ensemble des initiatives et acteurs qui prétendent résoudre cette crise au Centre. La situation est semblable à un carrefour où les feux tricolores sont en panne, créant ainsi un embouteillage monstre. Et la sortie du Haut Représentant du chef de l’État pour le Centre, le jeudi 23 janvier 2020 en conférence de presse, est venue en rajouter à cet embouteillage comme pour dire, qu’il est un véhicule prioritaire et qu’on lui libère le passage !

A cette allure, il y a risque d’un carambolage. Si pour les automobilistes, chaque minute qui passe est une perte de carburant et l’usure de pièces de leurs engins, dans le cas de cette crise au Centre, pour les populations, chaque jour qui passe sans solution est la perte de plusieurs vies humaines.

C’est pourquoi, la recherche de l’efficacité et de résultats, devrait être le premier credo du gouvernement. Et, pour ce faire, il devrait avoir un seul point focal, de régulation et de coordination de toutes ces initiatives disparates au ministère de la Cohésion sociale, de la Paix et de la Réconciliation nationale.

…sans rancune

Wamseru A. Asama

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
13 × 9 =


RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter