KATI FARADA : Un militaire ouvre le feu sur un pompiste… Ce qui s’est réellement passé !

Le pompiste a visiblement commis un crime de lèse-majesté en réclamant son dû au soldat. Ce dernier sortit son arme et fit feu.

L’incident s’est déroulé à la station-service SOMAYAF à Kati Farada non loin de l’Académie d’Enseignement ce dimanche 12 juin 2022 vers 13 heures.

Le Pompiste de la station-service SOMAYAF, HAMA GUINDO âgé de 30 ans environs a reçu la visite d’un militaire en tenue civile qui s’avérait en fait, un Maréchal de Logis du nom de GAOUSSOU DJIRE, membres du GAM (Groupe d’Artillerie Militaire) à Ségou. Un Marechal de Logis est un  sous-officier de la Gendarmerie et de l’Armée de terre.

Le nôtre était à bord de sa voiture MERCEDES de couleur grise ce dimanche 12 juin 2022 aux environs de 13h. Et il était visiblement en état d’ébriété. Sur place, il s’approvisionna en carburant pour un montant de 14.535 F CFA.

Après l’avoir servi, le pompiste demanda naturellement à être payé. Mais de toute évidence, notre militaire en civile n’avait pas les moyens de s’acquitter de la totalité de la somme due. Et le pompiste HAMA GUINDO se montrait intraitable.

Certainement que l’alcool fit son effet. Notre Marechal de Logis péta les plombs. Eclata alors une discussion.  Le sous-officier perdit totalement la boule sous l’effet de l’alcool. Il sortit son arme de guerre, tenez-vous, un Pistolet Mitrailleur (PM), chargeur garni et tira à bout portant sur le pied gauche du pompiste HAMA GUINDO. Ce dernier tomba en criant de douleur.

Se rendant compte de la gravité de la situation, le militaire irresponsable prit la fuite. Les témoins présents ont vite alerté les éléments d’un poste de police non loin du théâtre des opérations. C’est ainsi qu’une course poursuite s’est engagée.

Informé dans le feu de l’action, le Commissaire Divisionnaire BÊH DAKOUO en charge du commissariat de police du 2ème  Arrondissement de Kati envoya une unité d’intervention et de renfort avec à sa tête, le Commissaire adjoint YORO DIAKITÉ.

Au cours de la course poursuite, le suspect a encore effectué des tirs en direction des Sergents-chefs SAYON KONATÉ BADIOUGOU DIENFA DIARRA, heureusement sans les atteindre.

Il faudra ici, saluer l’héroïsme des éléments du Commissariat du 2ème  Arrondissement de Police de Kati qui n’ont pas abandonné la poursuite jusque chez le suspect contrairement à certains ragots.

A la quête effrénée de buzz, voire étant de mauvaise fois, des animateurs de réseaux sociaux diront que les policiers ont abandonné la poursuite  après s’être rendus compte qu’il s’agissait d’un militaire. Faux ! Les policiers ont continué la poursuite jusqu’au domicile du suspect !

C’est le Commissaire Adjoint YORO DIAKITÉ en personne, à la tête  de l’unité d’intervention qui a informé la Brigade Territoriale de Kati et donné l’adresse du fugitif lorsqu’il reçut l’information qu’il s’agissait d’un Militaire.

Faut-il le rappeler ? Les affaires impliquant tout porteur d’uniforme relèvent de la Gendarmerie.

Le suspect GAOUSSOU DJIRÉ, militaire de son état est en service dans la région de Ségou. Il est venu à Bamako pour des soins médicaux. Il serait mentalement affecté, selon des sources à Kati. Ceci explique-t-il cela ?

Au moment où nous mettions sous presse, l’homme était entre les mains des gendarmes de la Brigade Territoriale de Kati, appuyés, au cours de la capture, par des éléments du commissariat de police du 2ème arrondissement de Kati.

Nous apprenons que la victime pompiste HAMA POUDIOUGOU, blessé par balle du pied gauche, a reçu les premiers soins et sa vie n’est pas en danger.

A suivre….

 Bamananden JOURNAL KOJUGU KELEBAA

 

 

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
25 × 26 =


RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter