Baobab Presse -

CES 2020 : Hyundai et Uber dévoilent un concept de taxi aérien

Hyundai s’est associé à Uber dans le cadre d’un partenariat visant à développer des taxis aériens, dont un premier concept a été présenté au CES de Las Vegas.

Si la voiture volante tant attendue au 21ème siècle n’est pas encore arrivée, cela n’empêche toutefois pas les constructeurs de travailler à son développement. Et si l’on ne parle pas encore d’engins pouvant être pilotés par n’importe quel quidam titulaire du permis de conduire, permettant de survoler les embouteillages, la création de véhicules volants destinés au transport de personnes est quant à lui une réalité. Au-dela des concepts et autres prototypes, cela s’est d’abord concrétisé par le déploiement l’an dernier de courses en hélicoptères proposées par Uber à New-York. Mais l’entreprise américaine de VTC dirigée par Dara Khosrowshahi veut aller encore plus loin, et s’est pour cela associée à Hyundai dans le cadre d’un partenariat dévoilé à l’occasion du CES de Las Vegas.

Dans le cadre de cette association, le géant du transport basé à San Francisco, en Californie fait donc appel à la firme coréenne, qui s’occupera de produire de série et de déployer les engins volants utilisés par les usagers de l’application. De son côté, et comme le précise le communiqué de presse, Uber sera quant à lui chargé de fournir « les services d’assistance dans l’espace aérien, les connexions au transport terrestre et les interfaces client via un réseau de transport aérien partagé ». Par ailleurs, Hyundai laisse entendre que d’autres constructeurs pourraient prendre part à cette initiative, baptisée Uber Elevate, ce qui laisse présager que d’autres marques ou équipementiers pourraient venir s’y greffer par la suite.

Un concept à Las Vegas

Outre cette annonce, la marque coréenne n’est pas venue les mains vides au CES de Las Vegas, puisqu’elle y présente le premier résultat concret de cette alliance, qui n’est autre qu’un prototype d’engin volant, baptisé S-A1. 100 % électrique, il peut atteindre une vitesse de croisière allant jusqu’à 290 km/h et évoluer à une altitude comprise entre 300 et 600 mètres, le tout pour une autonomie de 100 km. Comme un hélicoptère, l’aéronef décolle et atterrit à la verticale puis plane une fois sa vitesse de croisière atteinte, tandis que ses petits rotors permettent de limiter le bruit. Enfin, si un pilote est pour l’heure indispensable, l’engin devrait par la suite être en mesure de voler de manière totalement autonome, tout en accueillant jusqu’à quatre passagers ainsi que de petits bagages.

Créé dans le cadre d’un processus de design ouvert inspiré par la NASA, cet aéronef a notamment fait sa première apparition en public afin de permettre aux autres entreprises de s’en inspirer et de créer leur propre engin volant.

Source : automoto

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
9 × 3 =


RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter