Kati : Les violeurs collectifs d’une adolescente dans les filets de Kady de la Brigade des mœurs

 La Brigade des mœurs sous le choc après le viol collectif, agression sexuelle, séquestration d’une fille et diffusion de la vidéo sur les réseaux sociaux. Ce viol rassemble tout ce qu’il y a de pire dans le monde actuel : viol collectif, téléphones portables, vidéo, réseaux sociaux, tentative de suicide…

C’est à Kati sur la route de (Sokolombougou) que la malheureuse a été victime d’un viol collectif. Trois gaillards ont suivi la petite AMINI âgée à peine de 19 ans, vendeuse de fruits, domiciliée à Kati (Sokolombougou). Elle s’était rendue à une cérémonie de mariage le 22 décembre 2021 non loin de son village Sokolombougou avec un jeune motocycliste qu’elle connait bien.

Aux environs de 23 heures, elle a décidé de rentrer à la maison avec son accompagnateur ignorant qu’elle était suivie.

A mi-chemin, dans un endroit sombre, deux gaillards à moto foncèrent sur eux et leur ordonnèrent de s’arrêter en les menaçant de mort en cas de désobéissance.

L’accompagnateur croyant qu’il s’agissait de simples braqueurs intéressés par la moto, leur fit signe de prendre l’engin. Mais ils furent catégoriques : « Non, non ! Pas besoin de ta vieille moto ! C’est la fille qui nous intéresse ! Toi, dégage ! ».

Le jeune ne se le fit pas dire deux fois. Il fuit laissant ainsi la pauvre Amini à la disposition des deux obsédés répondant aux noms de SOUL et ABDOU.

Selon nos investigations, le nommé ABDOU a appelé téléphoniquement un autre complice dénommé MOÏSE, un dur apparemment, qui attendait quelque part. Il était visiblement le chef. Ils passèrent ainsi tous trois à l’acte ignorant les cris et supplications de la malheureuse. Ils ne contentèrent pas d’abuser sexuellement d’elle. Ils filmèrent aussi leur forfait et la nudité de leur victime. Nous passons sous silence les autres sévices sexuels durant toute la nuit.

Aussi, ils dépossédèrent la malheureuse de son téléphone portable avant de l’abandonner au petit matin dans une maison abandonnée.

Souvenez-vous : les faits se sont déroulés le 22 décembre 2021. Prise de honte, la victime n’osa parler de sa mésaventure. Et ce n’est que le 25 janvier 2022 qu’elle prit connaissance de l’existence de la vidéo diffusée sur les réseaux sociaux. Alors, elle décida de se suicider. Fort heureusement ! Une amie l’en dissuada et l’invita à porter plainte contre ses violeurs. Ce qu’elle fit au niveau de la BRIGADE CHARGÉE DE LA PROTECTION DES MOEURS ET DE L’ENFANCE.

C’est ainsi que la Commissaire Divisionnaire de police KADIATOU dite KADY TOUNNKARA commandant de cette BRIGADE, une mère de famille, prit l’affaire en mains. Elle confia d’abord la victime à l’ONG «ONE STOP CENTER» en vue d’une prise en charge.

  • L’ONG «One Stop Center de Bamako » est une unité logistique gérée par le Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique et qui regroupe le personnel offrant les services provenant de la police pour l’assistance sécuritaire, psychologique et gynécologique. Les bénéficiaires sont les personnes victimes de violences basées sur le genre y compris des cas de réparation des conséquences des Mutilations Génitales Féminines. 

la Commissaire Divisionnaire de police KADIATOU dite KADY TOUNNKARA

Le Commissaire Divisionnaire KADY exploita ainsi le seul élément à sa possession : le téléphone portable de la victime que les violeurs ont emporté par devers eux. Cette technologie permit de localiser l’appareil à KATI. Son utilisateur aussi !

Alors la Commandante KADY, une enquêtrice chevronnée envoya une équipe dirigée par le commandant de police PAUL FODÉ KAMISSOKO en vue de cueillir le détenteur du téléphone. Ainsi dit, ainsi fait ! Les policiers ont alors interpellé les nommés ABDOU, présumé cerveau de la bande ainsi que ses deux complices.

Ils ont tous été présentés à la justice de Kati le 27 janvier 2022, pour viol collectif et agression sexuelle, séquestration et diffusion de vidéo dénudée sur les réseaux sociaux.

Un conseil aux éventuelles victimes d’un tel drame: surtout, ne vous suicidez pas ! Vous rendrez ainsi service à vos bourreaux. Parlez-en plutôt à vos proches ! Portez plainte en ayant à l’esprit qu’il n’existe pas de crime parfait ! Pour sa part, l’amazone des commissaires divisionnaires KADY mérite notre encouragement et félicitations ! Bravo, Dame de pique !

Bamananden☆

Journal Kojugu kelebaa #JKK#

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
24 + 8 =


RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter