Mali : Le M5-RFP suggère au Colonel Assimi Goïta de ne pas promulguer la Loi électorale adoptée au CNT

Vendredi dernier, à l’issue de 6 heures de débat retransmis en direct sur la radio et la télévision nationales, les membres du Conseil national de la transition (CNT) ont adopté, à l’unanimité, la nouvelle Loi électorale déposée par le gouvernement. Mais 48h après cette adoption, le M5-RFP, coalition dont est issu le Premier ministre Choguel K. Maïga, ne se reconnaît pas dans ce texte. Dans un mémorandum, il demande au président de la transition ne pas le promulguer.

-maliweb.net « Ni un organe unique, ni indépendant, ni autonome et impartial ». Selon le mémorandum du M5-RFP, l’Autorité Indépendante de Gestion des Elections (AIGE), innovation majeure de la nouvelle Loi électorale, a été dépouillée de sa substance par le Conseil national de la transition. Pour preuve, le mémorandum révèle que la « préparation technique et matérielle » des élections a été attribuée au ministère de l’Administration territoriale par un amendement. « Au lieu d’un organe unique indépendant de gestion des élections, l’amendement instaure la gestion des élections par deux structures : le MATD et l’AIGE », dénonce le M5-RFP.

 Lors des débats sur la Loi, le M5-RFP affirme avoir constaté des comportements de «mépris et d’opposants » à l’égard des membres du gouvernement. Cela ressort, selon le mémorandum des propos tels que : « la transition n’est pas une ‘‘période d’essai’’ ». Cette phrase a été prononcée par le président du CNT à l’endroit du ministre de la Refondation qui justifiait les tares du projet de Loi par un manque de temps et à la pression de la CEDEAO.

« Accointances des forces hostiles… »

 Poussant l’accusation très loin, le M5-RFP soupçonne des « accointances entre des membres du CNT et les forces hostiles à la transition et au changement pour faire échec à la Refondation ». Le mémorandum assure que le passage de 9 à 15 membres de l’AIGE est budgétivore. En plus, contrairement à ce que les « amendements du CNT donnent à penser », le M5-RFP estime que les partis politiques ne sont pas exclus de l’AIGE et se demande comment seront choisis les 4 représentants des partis politiques dans l’organe unique.

Au regard des observations qu’il soulève dans son mémorandum, le M5-RFP affirme chercher à « mieux comprendre les jeux et enjeux » qui sous-tendent l’attitude de certains membres du CNT. Aussi, le Mouvement du 5-juin, du moins ce qu’il en reste, « suggère au Président de la Transition de ne pas promulguer la loi amendée et adoptée par le CNT ». Le M5-RPF demande le renvoi du texte pour une seconde lecture.

Source : Mamadou TOGOLA/maliweb.net

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
23 × 16 =


RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter