Accord d’Alger : Ça bloque à causes des problèmes internes des mouvements armés, estime Inahaye Ag Mohamed

Les travaux de la 42eme  session du Comité de suivi de l’Accord (CSA), ont commencé le lundi 29 Mars 2021 à Kayes. Au menu de cette 42ème session délocalisée, il est question de réformes institutionnelles, le parachèvement du processus Désarmement, Démobilisation et réinsertion accéléré et l’amélioration de la participation des femmes dans les travaux de l’accord.

La cérémonie était présidé par l’ambassadeur Boualem Chebibi, en présence du Ministre de la réconciliation nationale, le colonel major Ismaël Wagué et du nouveau Haut Représentant pour la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la Réconciliation, M. Inahaye Ag Mohamed.

A l’entame, le colonel Ismael Wagué, s’est réjoui de « la délocalisation du CSA à Kayes, un signal fort pour surmonter ensemble les défis». Il poursuit en disant que l’accord est le fruit d’un long processus de dialogue inter-malien permettant d’ouvrir les conditions propices au retour définitif de la paix et la réconciliation au Mali. Le Ministre WAGUE a souligné que sa mise en œuvre est confrontée à des retards liés aux «  facteurs inhérents à toute construction de la paix, qui au demeurant n’est pas à l’abri des obstacles. »  Mais il rassure qu’avec la volonté et l’engagement des partis, les défis seront surmontés à tout prix pour que le peuple retrouve son salut.

Inahaye Ag Mohamed, haut représentant de l’Etat pour la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation, ajoute que  la mise en œuvre de l’accord connait des difficultés à cause des problèmes internes entre les mouvements. Il a appelé les mouvements à régler leurs différends à l’interne et à réitérer sa disponibilité à aider pour aller de l’avant.

Plus loin il a invité les partis signataires aux «Respect des engagements, à l’inclusive mais aussi à l’application des conclusions et recommandations de l’accord ».

Fofana Ramata Sissoko, présidente locale de la CAFO dira que la population de Kayes n’est pas restée en marge de la rencontre. «  Nous, populations de Kayes, suivons ces évènements pas à pas, avec le cœur plein de tristesse. Dieu faisant bien les choses cette assise est là ; ça nous a permis d’éclairer nos lanternes sur la question de ce processus d’Alger. Donc aujourd’hui il nous faut cette paix à tout prix. »

Il faut rappeler que cette de Kayes vient après celle tenue à Kidal, le 12 février dernier. L’occasion était bonne pour les différentes parties signataires de l’accord de féliciter la délocalisation de la 42ème Session de l’accord pour davantage impliquer les Maliens dans le processus de l’accord de paix.

Oumar ONGOIBA

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
4 × 24 =


RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter