Sahel : Plus de 50 milliards CFA mobilisés pour lutter contre le terrorisme

Le président de la Transition Bah N’Daw a participé à la 22ème  session ordinaire de la Conférence des chefs d’État et de gouvernement de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA). La rencontre s’est déroulée en visioconférence le 25 Mars 2021. Le sommet a fait le point de l’évolution de la maladie à coronavirus, la problématique de l’insécurité et la question économique concernant les Etat de l’UEMOA.

Le président Alassane Ouattara, non moins président en exercice de la Conférence des chefs d’État et de gouvernement, a souligné que depuis la dernière session ordinaire du 12 juillet 2019 à Abidjan, l’UEMOA a enregistré des évolutions majeures sur les plans sanitaires et économiques.

Avant de se prononcer sur ces évolutions majeures, Alassane Ouattara a parlé de la question sécuritaire. Là, il déplorera le fait que malgré les efforts déployés, l’Union demeure confrontée à la recrudescence des attaques terroristes, des enlèvements et autres crimes barbares perpétrés par des groupes armés, notamment au Burkina Faso, au Mali et au Niger.

Face à la situation, les Etats ont décidé de prendre des mesures drastiques en vue de renforcer les moyens dans la lutte contre l’extrémisme violent.

De ce fait, l’UEMOA a décidé de dégager une contribution immédiate de 50 milliards de nos Francs pour les trois pays membres du G5 Sahel.

En outre, le Burkina Faso, le Mali,  le Niger et le Sénégal ont fait une contribution à hauteur de 1 milliard CFA chacun. La côte d’ivoire quant-à-elle se montrera plus généreuse en octroyant une somme de 2 milliards de nos francs ; le tout dans le cadre du financement de la lutte contre l’insécurité.

De plus, les Chefs d’Etats réunis ont décidé l’octroi d’un financement exceptionnel de 2 milliards CFA pour soutenir cette initiative en complément des 50 milliards déjà décaissés pour les trois pays membres de la  « ligne de front du G5 Sahel. »

S’agissant de la problématique sanitaire, le président Ouattara dira que les États continuent de faire face aux conséquences négatives de la Covid-19. Il précise que la situation dans l’espace UEMOA à la date du 15 mars 2021 fait ressortir 119 271 cas confirmés, dont 2.109 décès contre 41.251 cas confirmés et 733 décès au 25 août 2020. C’est pourquoi dit-il que sur le plan économique, le taux de croissance de l’Union a fortement baissé, à cause des effets du coronavirus.

De son côté, Sani Yaya, président du conseil des ministres de l’UEMOA, affirme que la Covid-19 a frappé de plein fouet les activités économiques au sein de l’Union.

Parlant de la question monétaire, M. Sani Yaya poursuit que la Banque centrale est à pied d’œuvre en vue de prévenir les tensions de liquidité au niveau du système bancaire. Cette mesure vise à répondre efficacement aux besoins des États, notamment la reprise de l’activité et la réduction des risques de stress financiers.

A l’issu des travaux, les chefs d’Etats ont rendu un vibrant hommage au président Ouattara, qui durant 05 ans a présidé la Conférence avec beaucoup d’engagement. Ils ont à l’unanimité désigné le président du Faso comme nouveau président en exercice de la Conférence des Chefs d’Etat et du Gouvernement de l’UEMOA.

Oumar ONGOIBA

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
5 − 3 =


RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter