Haïti : L’artiste musien Michael Benjamin alias Mikaben est mort à Paris sur scène

Né le 27 juin 1981 à Port-au-Prince, il a fait ses études à Montréal. L’ artiste musicien Mikaben est mort dans la nuit du 15 au 16 octobre 2022, suite à un arrêt cardiaque. Après sa chute sur la scène d’Accor Arena, à Paris, les secours sont intervenus et ont tenté de le réanimer pendant plus de vingt minutes. L’équipe médicale a ensuite entamé une opération chirurgicale, selon les mots de l’animateur Carel Pèdre, qui était sur place. Mais l’artiste a rendu l’âme à 12:10 (heures de Paris).

Michael Benjamin et Vanessa se sont mariés en novembre 2020. L’année suivante, le couple a accueilli son premier enfant, une fille Leïa en 2021. En août 2022, soit un an plus tard, Mikaben a annoncé, photos à l’appui, que leur deuxième enfant était en route. Le bébé devrait naitre en décembre 2022.

Il était le fils du chanteur Lionel Benjamin. Le fruit n’est pas tombé loin de l’arbre. Michaël marchait dans les traces de son père qui a célébré ses 50 ans de musique en décembre 2020.

«En 20 ans, j’ai pu faire de grandes réalisations. C’est un bilan très positif. J’ai accumulé un nombre important de fans. Des vies ont été changées grâce à ma musique. J’ai indirectement montré la voie à d’autres jeunes qui ont souhaité débuter une carrière solo. Je suis l’unique artiste haïtien à évoluer dans le top niveau et dans tous les registres.

Mon expérience avec Haïti Twoubadou m’a marqué énormément. Elle a représenté une grande étape de ma vie et de ma carrière. C’était un honneur pour moi d’évoluer au milieu de tous ces géants de la musique haïtienne. J’étais le plus jeune et ma chanson ‘’Ou pati’’ figurait parmi les plus populaires de l’équipe. Avec Haïti Twoubadou, on a réalisé de grands concerts. Ça reste l’une de mes plus grandes expérience».

Un objectif sur lequel il comptait absolument mettre l’accent à l’occasion de la célébration de ces 20 années de carrières , via son label «Kon’Beat».

«Je veux que les artistes puissent vivre correctement de leurs œuvres et récolter convenablement l’argent généré par celles-ci, une fois que la question du droit d’auteur soit réellement rétablie dans notre société», espère-t-il, du haut de son nouveau cheval de bataille.

Source : Culturebene

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
16 × 10 =


RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter