Espace d’Interpellation Démocratique : 599 dossiers sur la table de la 27è session

Le Ministre de la refondation de l’Etat chargé des relations avec les institutions, Ibrahim Ikhassa Maïga, représentant le Premier ministre a présidé, le Dimanche 10 décembre 2023, au Centre International de Conférence de Bamako (CICB), l’ouverture des travaux de la 27è session de l’Espace d’interpellation démocratique (EID).

Dans son discours, Mme le Médiateur de la République a rappelé que 599 dossiers ont été reçus pour cette 27è session dont 22 dossiers de nos compatriotes établis à l’extérieur. Pour elle, ce résultat est le fruit de la bonne collaboration et du partenariat dynamique existant entre le Haut conseil des Maliens de l’extérieur et les correspondants de son institution dans les ambassades et consulats à travers le Ministère des affaires étrangères et de la coopération internationale. Les femmes ne sont pas restées en marge, car sur 45 interpellations en 2022, ce nombre est passé à 65 en 2023 soit 10,85% du taux global des dossiers reçus.

Rappelant que la session précédente de l’Espace d’interpellation démocratique (EID), la 26è, a enregistré 334 demandes dont 243 retenues par la commission de dépouillement. Sur ces 243, 28 ont fait l’objet d’une lecture publique et 215 pour suite à donner. Conformément au règlement intérieur de l’EID, le Secrétariat permanent a tenu deux réunions de suivi respectivement les 22 mars et 21 juin 2023 et un atelier d’évaluation le 11 octobre 2023 au cours desquels les résultats ci- dessous ont été enregistrés. Les 28 interpellations retenues pour la lecture ont toutes reçu des réponses de la part des départements ministériels concernés, soit un taux d’exécution de 100%. 207 sur 215 interpellations retenues pour suite à donner ont eu des réponses, soit un taux d’exécution de 96,27 % Le reste est en cours de traitement au niveau des départements ministériels. Quant aux 29 recommandations formulées par le Jury d’Honneur à l’endroit des départements ministériels, vingt et une ont reçu des suites, soit un taux d’exécution de 72,41%.  « Pour la 27ème Session, le Secrétariat permanent de l’E.I.D a enregistré 599 interpellations contre 334 l’année dernière, soit un taux d’augmentation de 55,76 %. Lors des travaux de dépouillement, la Commission préparatoire, conformément aux critères définis par le Règlement intérieur a classé les dossiers comme suit : les litiges domaniaux et fonciers; les demandes de paiement de droits; – les difficultés liées à la bonne distribution et à l’exécution des décisions de justice; les demandes de régularisation de situations administratives: les demandes d’assistance; – les violations des droits humains; les problèmes de chefferie; les dénonciations » a-t-elle déclaré.

Dans son intervention, elle a expliqué que la protection des libertés individuelles et collectives incombe à l’Etat. Ainsi, tout administre, victime d’erreurs, de négligences, de lenteurs ou d’abus de l’Administration doit être en mesure de réclamer justice et d’obtenir réparation intégrale du préjudice subi si son droit est reconnu par une décision de justice. En contrepartie, le citoyen doit se conformer aux dispositions des lois et règlements en vigueur. Elle a profité de l’occasion pour paraphraser  l’ancien Premier ministre, Feu Modibo ΚΕÏTA, paix à son âme, je cite: «I’E.I.D est une tribune et non un tribunal, un débat et non un combat».

Elle a formulé  le souhait que les engagements et les recommandations de ladite Session soient suivis d’effets afin de répondre aux attentes légitimes des interpellateurs. En ce qui concerne le Médiateur de la République, le Secrétariat permanent de l’E.I.D veillera au suivi régulier de la mise en œuvre des recommandations du Jury d’Honneur et des engagements pris par les membres du Gouvernement.

Nouhoum Konaré

 

 

 

 

Nouhoum Konaré

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
18 ⁄ 9 =


RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter