Faits Divers : Piégeurs piégés, alors BOURAMA À TOUT AVOUÉ

«Bourama a tout avoué… Alors ! ». Ainsi pris au dépourvu, désemparé et à la limite révolté, le complice décida de tout déballer. Le Compol Tomoda du Commissariat de police du 3ème Arrondissement est passé par-là.

Aussi vrai que le renseignement est le nerf de la guerre, ce Commissaire de police a décidé de redynamiser sa section des Renseignements Généraux (RG). Et cela donne des résultats. Le service, désormais mieux structuré, quadrille bien la commune, voire au-delà. Le maillage est très précis et la surveillance, constante. Bien entendu, le compte-rendu reste permanent: 7/7 et 24/24… Et c’est le Commissaire lui même qui procède à l’analyse  des données ainsi remontées par ses hommes sur le terrain… Les sections d’intervention sont prêtes à passer à l’action à tout moment. La quiétude des populations est à  ce prix. Venons-en aux faits
C’est cette section «RG», à l’issue de sa ronde habituelle le jeudi 25 février 2021 vers 16h, qui tomba sur un motocycliste en possession d’un sac à main. La moto était toute neuve et l’allure du conducteur très louche.
Il n’en fallait pas plus pour les fins observateurs  de chercher à en savoir davantage.
C’est donc à juste titre qu’ils firent signe au suspect de s’arrêter.  Mais l’interpellé pris la fuite. Il se reprochait donc quelque chose…
Les éléments des RG se lancèrent alors à sa poursuite. Se sentant coincé, le suspect abandonna  l’engin et son sac et disparut dans une des rues difficiles d’accès au niveau du monument des chasseurs «Gondoron ni Sanê» sis à Niaréla.
Les policiers s’emparèrent alors de la moto et du sac dans lequel ils trouvèrent deux pistolets automatiques, une brique de cannabis (chanvre indien). Tout devint clair ! Leurs soupçons étaient bien fondés. Retour au commissariat avec le «butin», à savoir l’engin ainsi que les armes et le cannabis saisi !

Drôle de plaignant

Le lendemain vendredi 26 février 2021, un jeune homme de 25 ans se  présenta au commissariat au motif qu’il a été braqué la veille et sa moto toute neuve, emportée par ses agresseurs. Et d’ajouter que ladite moto se trouvait là en ce moment, au commissariat de police du 3ème Arrondissement. A ses dires, il faisait route vers son domicile non loin du marché N’Golonina en commune II du district de Bamako lorsqu’il a été agressé.
Déconcerté, les policiers décidèrent alors de le conduire devant le Commissaire en personne.
«Comment donc saviez-vous que votre moto toute neuve se trouve ici en ce moment», interrogea l’enquêteur en Chef en la personne de Tomoda ?
En réponse, l’homme répondit que c’est sa tante qui lui a conseillé de venir faire une déclaration de vol avec braquage. Le Compol appela alors cette tante laquelle confirma que LASSINA l’a appelée pour lui faire part du vol avec braquage de sa moto et qu’il était accompagné, au moment des faits d’un de ses amis du nom de BOURAMA. «Alors je lui ai conseillé de faire une déclaration de vol au commissariat du 3ème arrondissement» ajouta la Tantie.
Le Compol Tomoda se retourna alors vers le neveu et lui demanda s’il était seul au moment de son agression. Il répondit par l’affirmatif ! Et patatras !
Le Commissaire commença alors à douter de la version du braquage pour deux raisons : Comment la victime a su que sa moto toute neuve se trouvait au commissariat du 3ème  arrondissement ? Secundo, sa tante prétend qu’il était en compagnie de son ami nommé BOURAMA. Lui, (Lassina) affirme qu’il était seul !
En attendant de voir clair dans cet imbroglio, le COMPOL décida de s’intéresser aux objets saisis (les deux pistolets automatiques, le  cannabis et la moto).
L’Enquêteur en chef parvint alors à avoir le numéro de l’ami BOURAMA. Ce dernier nia jusqu’à l’existence de LASSINA. A ses dires, il ne le connaissait ni d’Adam ni d’Eve !
Loin de se décourager, le commissaire Tomoda, décida d’avoir un tête-à-tête avec Lassina dans son bureau. Et une fois seul lui, il lui fit cette confidence : «Détends,  Bourama m’a tout dit. Il a tout avoué. C’est fini. Boli-bana ! Tant pis si toi tu connais à vouloir le protéger… Lui, t’a lâché ! » …  Et bingo !
Désormais remonté contre BOURAMA, Lassina décida donc à son tour de passer aux aveux.
A ses dires, ils étaient en train de mener une opération au moment de son interpellation. Lui, était chargé de faire le guet. Quant aux armes, elles appartiendraient à Bourama. Et…
Il n’en fallait pas plus pour le Déclarant et victime présumée de passer au statut de suspect N°1.  L’enquêteur en chef comprit qu’il avait entre les mailles de son filet, un dangereux braqueur qui tentait de se faire passer pour une innocente victime.  Il fut alors placé en garde-à-vue.
Les limiers se lancèrent alors à la recherche de son complice, BOURAMA !  Un dispositif savamment élaboré et à la mise en œuvre duquel le suspect fut mis à contribution, permit de cueillir ce dernier.  A malin, malin et demi, dit-on !
Les deux hommes qui faillirent en venir aux mains lors de leur confrontation, finirent par tout avouer. Le duo est spécialisé dans les attaques à main armée et ils ont mené plusieurs opérations avant ce jour. Dieu Seul sait le sort qu’ils ont réservé à leurs victimes !
Une perquisition chez eux à domicile permis de saisir six (06) autres motos presque toutes neuves. Le duo ne visait que les engins neufs, fraîchement acquis par leurs légitimes propriétaires.
Bien entendu, ils ont été déférés devant le Procureur le même jour. Encore du travail propre de la part de l’Intrépide Commissaire !

Source : Bamanan den de Kojugu Kelebaa

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
7 + 18 =


RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter