Sangarébougou : Les deux gifles fatales à Ramata

Pour avoir donné une paire de gifles à sa bonne, une dame perd ses facultés mentales et physiques.

Les faits se sont déroulés en commune I du district de Bamako, précisément au quartier Sangarebougou ACI, non loin de Boulkassoumbougou Kouloubleni. Là, une dame du nom de R.D a perdu sa mémoire après avoir giflé  son aide-ménagère.

Aux dires des témoins, la dame en question est très sévère et méchante à la fois. Elle se mettait chaque fois  à tabasser la pauvre domestique pour un oui ou un non. Dans certains cas, elle lui faisait subir des travaux pesants, et tenir des propos  injurieux à l’encontre de sa bonne comme si cette dernière était son esclave. Pire, lorsqu’elle la conviait à une commission et qu’elle ne comprenait pas, puisque perturbée, elle en était copieusement giflée.

Parfois des voisins alertés par des cris de la pauvre  A.T,  venaient supplier la dame R.D à plus de souplesse et de compréhension envers sa protégée de bonniche.

Chose bizarre, c’est le 18  Novembre 2021, aux environs  de 17 heures, lorsqu’elle R.D revenait de la ville, elle trouva que A.T nettoyait la cour de la maison, elle lui ordonna de se débarrasser du balai en improvisant  une autre tâche, celle de s’occuper des linges sales. Sur un ton doux et poli, A.T,  lui répond << Ok Tantie,  j’ai presque fini avec le balayage, lorsque je termine, je vais entamer la lessive comme vous l’avez si bien dit>>

R.D, la patronne répliqua : << Je t’ai ordonné  de laisser ça non? >> Avant même que A.T ne place un mot, R.D alla la gifler à maintes reprises, cette fois.

C’est le lendemain, au réveil que R.D a eu de la peine à se relever de son lit.

Son mari étant absent, elle cria pour alerter sa petite sœur qui habite dans la même cour.

Cette dernière angoissée et paniquée fit aussitôt appel à A.T, l’aide-ménagère occupée à balayer la cour, afin de  l’amener  dans la voiture pour le Centre Hospitalier Universitaire (CHU) Gabriel Touré de Bamako.

A l’hôpital, aucun signe d’AVC n’a été diagnostiqué après consultation.

Demandée si toute fois elle aurait  jeté un mauvais sort à la dame R.D, la cendrillon jure n’avoir rien fait contre sa patronne. Avant d’ajouter qu’elle se fait battre tous les jours par sa patronne, si elle était capable d’un tel miracle, cette dernière serait tombée il y a longtemps. Ce qui assouplit la rage de l’entourage de sa patronne, prête à la trimballer devant la justice.

En tout cas, à ce jour, outre la paralysie,  R.D perd de plus en plus ses facultés mentales.

Tout porte à croire que des fillettes et filles qui quittent généralement  leur village  pour les grandes villes en vue de préparer leurs trousseaux de mariage à la sueur de leur front, sont dans la plupart des cas protégées par leurs parents contre des personnes   méchantes et mal intentionnées.

A.T serait-elle abonnée à ce précepte ?

Alex

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
12 − 11 =


RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter